Inkblood.net

Les petits contes macabres du baron Ikab – 4 – L’amour bête




Demeurait au zoo de Cuba une autruche, nouvelle femelle de l’alpha,
Qui pensait vivre comblée comme reine, jusqu’à son noble trépas.
Oui, le mâle choisit de l’honorer, et de sept à huit fois par jours,
Hélas ! Si la belle rechignait, la becquetait aussi sans détour.

La violentée chercha à se rebiffer face au bipède insatiable,
Aussitôt fut privée de repas, de repos, par l’éreintant beau diable.
On tenta de les séparer, or, le rare et précieux se mit à angoisser,
Afin de ne pas le voir décliner, fut donc ramenée l’exténuée fiancée.

C’est ainsi que sur l’autel de Mars, Venus l’on sacrifia,
Et que de l’ultime saillie du satyriasis, la femelle expira.

satyriasis ; nom masculin

Exagération morbide des désirs sexuels, chez l’homme ou l’animal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
©Inkblood 2020