Une autruche est morte à Cuba.

Il  y a le mâle alpha, et le mâle alpha satyriasis.

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs priez pour ne jamais tomber sur lui.

Le Satyriasis, de « satyres » qui incarne la force vitale de la nature  et l’équivalent pour l’homme ou l’animal de ce que la nymphomanie est à la femme. Il se traduit par une hypersexualité constante, ce n’est pas une maladie, c’est une obsession du sexe qui entraine une libido très active.

L’autruche ;  Struthio camelus mâle est musclé, rapide le parfait Running Back, grand et fort, il peut atteindre les 2m80 pour 155kg contre 2m et 130kg au mieux pour les femelles.

Alors la première fois que l’on rencontre un satyriasis, ça peut être fendard et attiser notre curiosité.

Mais très vite les saillies incessantes deviennent un calvaire, et la mort se fait appeler délivrance.

C’est l’expérience et l’histoire de l’une des femelles d’un Zoo de la Havane, Sancti Spiritus, en proie au grand mâle.

En plus de ne pas la laisser manger en guise de représailles si elle n’évacuait pas ses pulsions, le satyriasis l’a frappait, et l’empêchait de dormir.

Malheureux qu’il était, frustré de ne pas pouvoir libérer ses instincts naturels.

Il faut dire qu’il a un appétit vorace, besoin de deux à trois partenaires, et de sept à huit preuves d’amour par jour selon la directrice du Zoo.

Notre pauvre femelle n’a pas tenu, fatiguée, épuisée, malmenée et privée de nourriture, elle a abdiqué, vaincue par le coït de trop…

Triste destin que cette autruche courageuse, qui ne pouvait que subir, lassée, éreintée, en attendant la fin.

Les employés ont essayé d’isoler le martyr, mais le mâle Alpha, pauvre bête, se montrait  affreusement stressé. Ils cherchent depuis, de nouvelles compagnes pour la bête.

Une autruche est morte à Cuba, une autruche qui a payé cher le fait de rencontrer un mâle atteint de satyriasisme.

Que cette  histoire serve, en souvenir de celle qui s’est sacrifiée à Mars et qui périt sous les assauts tout en muscle et répétés du bipède furieux.

Et priez pour ne jamais croiser sa route, car vraiment, le Satyriasis est un drôle d’animal.

Source en plus:

http://www.lepoint.fr/insolite/une-autruche-meurt-a-cuba-victime-de-l-appetit-sexuel-de-son-partenaire-07-07-2010-1212195_48.php

IKB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *